Aller au contenu principal
Gfeller + Hellsgard

Art contemporainMétiers d'art

Gfeller + Hellsgard

Atrium du CND - Exposition Intersticesgfellerhellsgard.com

Étudiant à la Haute École des arts du Rhin, Gfeller fonde la structure d'édition Bongoût à Strasbourg en 1995. Bongoût est d’abord un graphzine photocopié regroupant des artistes de l’underground national et international. Il est rejoint par Anna Hellsgård en 2001.
Le duo déménage à Berlin et, pendant 17 années, sous le nom de Bongoût, Gfeller et Hellsgård produiront et publieront plusieurs centaines de livres d'artistes imprimés à la main en sérigraphie.
Bongoût concevra aussi des affiches de concert pour des groupes tels que Sonic Youth, Nick Cave, Beastie Boys, Wolf Eyes, Lightning Bolt, P.j Harvey, Melvins, Psychic TV, Billy Childish ou Boredoms, ainsi que l'intégrale des visuels du label rock Yakisakana de Rouen.

En 2008, le duo participe à la série de documentaires Art Talk produite par Vice.

Parallèlement à ces projets, Bongoût ouvre en 2007 un atelier-galerie à Berlin. Y sont montrés les productions de l'atelier, une sélection de livres d'artistes, de graphzines et d’œuvres graphiques imprimées, ainsi que des expositions.

En 2012, l'université du Minnesota fait l’acquisition des archives de Bongoût (1995-2012).

En 2012, Bongoût est rebaptisé Re:Surgo! et en 2016, à l'occasion de l’entrée dans sa collection d’un fonds d’Archives 1995 - 2015, Gfeller + Hellsgård", le Centre de l’Illustration, Médiathèque André-Malraux de Strasbourg, organise une rétrospective intitulée "De Strasbourg à Berlin, une histoire de l’underground graphique".

Gfeller + Hellsgård
À partir de 2013, les deux artistes officient sous le nom commun Gfeller + Hellsgård. Si le graphisme punk des débuts laisse place à un travail de sérigraphie plus formel sur les textures, les matières et la couleur, l’esprit de recherche, d'expérimentation et de création demeure. Sous forme de livres d'artiste, de peintures sur toile ou sur panneaux de bois, d'affiches, d'installations, Gfeller + Hellsgård s'applique à repenser, déconstruire et recréer les principes techniques de la sérigraphie. Ils expérimentent et leur langage graphique est contemporain, il se nourrit de minimalisme, d'abstractionnisme et de culture underground.

« Des actions : élaguer, mélanger, enduire, caler, décaler, verser, encrer, répartir, étaler, rincer, nettoyer, relier. Mais aussi des matériaux : de l'encre, du papier, du bois, du métal, de la laine. Voilà ce que serait une tentative de recensement des moyens utilisés par les artistes Gfeller+Hellsgård pour réaliser leurs œuvres [...] Roland Barthes déclarait ne pas écrire de roman parce que celui-ci favorise le fond, c'est-à-dire le récit, et rétrograde la forme au rang d’accessoire. Ce même esprit conduit désormais le duo à créer des sérigraphies non-figuratives. Des œuvres qui écartent les micro-narrations, les anecdotes du quotidien, les fragments de vécu au profit des expériences issues du process lui-même, d'un réel qui innerve l'image sans jamais la structurer ».

La philosophie du duo peut se résumer ainsi : « Nous voulons rester en devenir, expérimenter à travers les mediums afin de créer une œuvre qui soit aussi un challenge. Nous sommes en constante recherche du prochain kick visuel ! L'esthétique et l'attitude de la musique noise, du cinéma indépendant, du graphisme minimal, trash et punk nous inspirent autant que les arts graphiques. Un travail qui considère les traditions de l'art et du graphisme, mais qui vise aussi à en détruire les conventions, c'est ce qui nous inspire ».

Entre 2012 et 2015, Gfeller + Hellsgård produisent une série de 12 livres d'artistes uniques, imprimés en sérigraphie, format 48 x 34 cm, en suivant scrupuleusement les instructions de Lewis Carroll. Ces livres font littéralement et visuellement ce qu'aucune autre interprétation des Aventures d'Alice au pays des merveilles n'a jamais osé faire ; ils sautent sans excuse et sans concession au fond du terrier. L'interprétation visuelle singulière et intransigeante s'affranchit du texte, mais reste fidèle aux intentions de l'auteur. Tout comme l'aventure d'Alice est composée sous forme de puzzle, chacun des douze chapitres a été acquis par une collections différente à travers le monde.

En septembre 2016, Gfeller + Hellsgård sont invités à l'Université du Texas à Austin, U.S.A, pour y produire en dix jours une œuvre monumentale. En naîtra la pièce Die Wand / Die Mauer (la cloison / le mur), une structure de trois larges panneaux sérigraphiés barrant l'espace d'exposition. Une allusion d'une part au Mur de Berlin et d'autre part, en pleine période électorale américaine, au mur à la frontière Mexicaine promis par le candidat Donald Trump.

Le travail de Gfeller + Hellsgård est aussi conservé dans les collections du MOMA, du MIT, des universités de Yale et de Harvard.

Ils travaillent et vivent à Pantin et Berlin.

Gfeller + Hellsgard - Installation - Centre national de la danse